Novembre 2013

  • Le Ministre de l’écologie réunit le premier comité national des EMR

Le ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’Énergie Philippe Martin a réuni le premier Comité national des énergies renouvelables en mer (CNEM), nouvelle instance de dialogue et d’échanges entre les acteurs du secteur. Les trois grandes priorités pour le développement des énergies renouvelables en mer dans les mois à venir sont définies: éolien en mer posé (deux appels d’offres déjà lancés, feuille de route en cours pour les prochains), hydrolien (appel à manifestations d’intérêt pour des fermes pilotes) et éolien flottant (lancement d’une feuille de route stratégique). Lire le communiqué

  • Une éolienne flottante au large de Fukushima

La construction d’un parc éolien flottant de 12 MW est lancée au large des côtes de Fukushima (nord-est du Japon), où la première éolienne sur plateforme flottante vient d’être inaugurée lundi 11 novembre 2013. D’une puissance de 2 MW, cette éolienne de 106 mètres de haut pour 80 mètres de diamètre a pour objectif de vérifier les conditions de fonctionnement avant l’implantation de plusieurs autres d’ici 2016.

  • Accord entre Siemens et UNITe sur les fermes pilotes hydroliennes

Le groupe Siemens et la PME française spécialisée dans les énergies renouvelables UNITe ont signé, le 12 novembre, un protocole d’accord afin d’étudier une réponse commune à l’appel à manifestation d’intérêts (AMI) pour l’installation de fermes pilotes hydroliennes dans les zones du Raz Blanchard et du Fromveur. Siemens développe la deuxième génération de son hydrolienne SeaGen. La 1ère génération SeaGen 1,2 MW, développée par Marine Current Turbines Ltd, a produit depuis 2008, 8 GWh d’électricité en Irlande du Nord. Lire le communiqué  Pour en savoir plus sur l’AMI

  • Alstom installe son éolienne de 6 MW en Belgique

Une éolienne offshore nouvelle génération Haliade 150 – 6MW d’Alstom est maintenant installée au large des côtes belges sur le site de Belwind. Avec une nacelle à plus de 100 mètres au-dessus du niveau de la mer (jacket de 61 mètres) pour un rotor de plus de 150 mètres, c’est la plus grande éolienne jamais installée en mer. Après le succès des tests initiés en mars 2012 sur la première Haliade 150 mise en service sur le site du Carnet (Pays de la Loire), cette installation permettra de confirmer le comportement de la machine dans un environnement marin pour lequel elle a été spécifiquement conçue et développée. L’éolienne du Carnet devrait recevoir sa certification finale au cours du premier semestre 2014. La construction des deux usines d’Alstom à Saint-Nazaire (nacelles et alternateurs) est bien engagée et devrait se terminer autour de l’été 2014, puis sera suivie par celle des deux usines à Cherbourg (pales et mâts). Lire le communiqué

  • GDF Suez abandonne le projet MeyGen

International Power, filiale britannique du groupe GDF Suez, a revendu les 45 % de parts qu’elle détenait dans le projet hydrolien écossais MeyGen, au fabricant australien Atlantis Resources Corporation. Atlantic Resources a conçu l’AR 1000, dont un exemplaire d’1 MW a été testé depuis 2011 au centre d’essais Emec, aux Orcades.GDF Suez reste présent dans trois projets hydroliens en France : deux pour une ferme pilote dans le raz Blanchard, avec Alstom d’une part, avec le turbinier allemand Voith et les CMN d’autre part et pour un pilote dans le Fromveur, avec la start-up finistérienne Sabella.

  • STX France mise sur le marché des EMR

Selon STX, le secteur des énergies marines renouvelables pourrait représenter 20 à 25% de son chiffre d’affaires d’ici cinq ans, et entre 300 et 500 emplois. Ce marché permettrait de diversifier l’activité des chantiers de Saint-Nazaire durant les périodes creuses pour la construction navale. Actuellement, 200 personnes travaillent déjà dans la division EMR. En attendant le démarrage des projets nationaux, STX France répond à de nombreux appel d’offres internationaux, l’ensemble de ceux-ci représentant environ 3 milliards d’euros et vise environ 10% de ces projets, soit 300 millions d’euros sur ce nouveau marché. STX construit actuellement une sous-station électrique pour équiper un champ d’éoliennes en mer du Nord. A terme, les chantiers français envisagent de produire les sous-stations en série, de même que les fondations métalliques pour les mâts d’éoliennes de type jacket, qui pourraient équiper les futures éoliennes du champ de Guérande.

  • Avancées pour les parcs éoliens en mer français

Les deux consortiums lauréats du 1er appel d’offres pour l’implantation de champs éoliens offshore français (Eolien Maritime France pour les champs de Courseulles-sur-mer, Fécamp et Guérande/Saint-Nazaire, et Ailes Marines pour la baie de Saint-Brieuc) ont pris la décision de poursuivre le développement des projets de parcs à la suite des débats publics dont les bilans ont été publiés mi-septembre. 18 mois après la désignation des lauréats par l’Etat, ils confirment leur capacité à honorer les conditions du projet, dont la réalisation de chaque parc au tarif proposé pour le rachat de l’électricité. Commencent maintenant la phase de dépôt de dossiers et les instructions administratives. Les premiers travaux devraient commencer en 2017.